Accéder au contenu principal

EN PASSANT PAR LA LORRAINE

La Lorraine fait parler d'elle : Le salon du livre d'Hagondange et les évènement sociaux de Florange. Ces villes aux noms angéliques ont fort à faire pour qu'on ne les oublie pas !

Prenons Florange, bastion de l'industrie métallurgique ... Les sites s'écroulent, l'herbe pousse entre les rails des voies ferrées. Quelques wagonnets, reliques des temps anciens, sont encore là, attendant un hypothétique chargement...

L'opinion s'est émue de la fermeture de la dernière usine. Les ouvriers sont dans la rue. Les patrons ont disparu. Le chômage sera illimité comme ces forfaits téléphoniques proposés par des opérateurs alléchés par l'aubaine des abonnements en série.

Que dire sinon qu'il faut essayer de garder notre savoi-faire car bientôt nous risquons de n'avoir plus aucune industrie sur le territoire !

En passant par la Lorraine, je n'ai pas rencontré les trois capitaines, mais des gens sympas tels Christine,Marie et Sandra à Hagondange au salon du livre.Un très bon souvenir !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

COUPABLE

Je m'appelle Louise. Lui, c'est Antony... 

Quand mes yeux se perdent dans les siens, je retrouve le lien indestructible qui nous unit. Son regard est profond, insondable. Je perçois une lueur d'inquiétude tandis que sa main se pose sur la vitre qui nous sépare. Je place mes doigts sur le verre embué. Bien que je sois du bon côté, je ressens sa culpabilité. Je suppose que ce sentiment l'obsède. A voir sa mine de papier mâché, il ne doit pas dormir souvent et ses rêves ont tout l'air d'être des cauchemars. Je suis là, tout près de lui, mais je ne sens pas son odeur ni son parfum. J'ai oublié. Le silence entre nous se prolonge, riche de nos émotions. 

Flash back sur le 13 Juillet dernier. A minuit, le feu d'artifice s'était emparé du ciel pour éclater en grappes de lumière. La foule s'était massée sur la place. C'est alors que mon regard s'était posé pour la première fois sur Antony. J'avais longuement observé son manège, intriguée par sa…
J’AIME CEUX QUI S’AIMENT
J’aime Lire un poème
Tout au long
Des chemins blonds
Dans les villages
Sous les ombrages
D'une verte tonnelle
Où chante l'hirondelle. J'aime
Sur d'autres thèmes
Mon vieux vélo
Très rigolo
Avec une cloche
Dans ma sacoche
Pour faire danser
Mon scarabée. J'aime
Les problèmes
Arithmétiques
Pas trop sadiques
Et aussi les textes
Sans aucun prétexte
Mais je m'égare
A tous égards

J'aime
Ceux qui s'aiment.

LA PREUVE DU CONTRAIRE

Il fit asseoir sa cliente. Le pire était devant lui. Douillette, bavarde, insupportable, elle le saoulait de propos ordinaires. La pluie et le beau temps venaient en premier. D’habitude, il s’arrangeait pour écourter au maximum ce flot d’insanités, mais aujourd’hui, il avait été imprévoyant et son assistante était en congé. Les fameux RTT dont on ne savait jamais quand ils allaient vous tomber dessus et combien il en restait. Il lui cloua le bec en introduisant l’aspirateur dans la bouche édentée à l’haleine pestilentielle. Il portait deux masques superposés parfumés à la citronnelle. Cela lui chatouillait le nez. Il avait parfois des envies de meurtre… Quelle raseuse ! A chaque séance avec elle, il se demandait comment il allait tenir le coup. C’était un challenge. Il avait tenté de la refiler à son associée. Mais cette dernière, fine mouche, avait éventé le piège. Il s’était donc vu dans  l’impossibilité de se débarrasser d’elle, à moins que … L’image de la seringue qu’il plantait d…