Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février 26, 2012

LES FAUX-SEMBLANTS

Cette illustration est l'oeuvre de Frédéric Biotteau (voir Facebook). Je termine le recueil et vais tenter ma chance auprès des éditeurs .... Le thème regroupe des nouvelles ayant pour la plupart un point commun : une apparence trompeuse. Il peut s'agir d'un personnage, d'une situation, d'un lieu enfin tout ce qui fait que l'on se fourvoie dans nos choix et nos engouements. Mais dans ce recueil, il y a au moins deux êtres sincères, il s'agit de Fred et de moi !!

LES MECS

Oui, j'ai bien dit les "Mecs", (je me fends d’une majuscule !),expression argotique qui désigne les hommes dans leur banale complexité. 
Ils sont encore sous l'influence de la tribu quoi qu'ils s'en défendent. Pour cela, ils adhèrent à différents clubs, sportifs, associations, etc ... Ce qui fait que leur emploi du temps paraît chargé. Il faut les consulter pour fixer le moindre rendez-vous. Devant leur air ennuyé et peu enthousiaste, le recul est nécessaire. Pratiquer l'indifférence. Le mec revient à la charge et sur un ton détaché vous lâche que "oui, après tout, pourquoi pas, il viendra à votre crémaillère"! Mais il oublie de demander si vous avez besoin de quelque chose ou d'un coup de main. Il raconte en détail son dernier exploit dont le genre varie selon le moment ou la saison. Celle des amours est récurrente avec un taux d'échec époustouflant. Les femmes sont ceci, cela, insupportables en quelque sorte ! Mais se rendent-ils comp…

PROMESSE DU JOUR

Je vous fais une promesse, celle du jour qui se lève, avec la splendeur de la lumière et de l'espoir qu'il suscite en nous. Miracle de beauté et de pureté dans le silence magique de l'aurore.







Légère caresse, douceur palpitante de l’air
J'erre en divin jardin, dormeuse égarée Dans les hautes herbes, mouillées de rosée En ce matin vainqueur d’un jeu nocturne impair
Un voile aérien masque ma transparence Dansent les fleurs des champs sous la force du vent La brume s’éclaircit,  j’avance en rythme lent Je tends en vain les bras, reflet de l’apparence
Tout n’est qu’éveil du jour, au plaisir alléchant Le soleil monte un peu, bruissent les grands platanes Les sons vont crescendo, au milieu des arcanes Splendeur de la terre au doux et merveilleux chant