Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars 18, 2012

CLAIR-OBSCUR

On frappa un jour à ma porte. Je ne le reconnus pas. Le teint hâve, une barbe de quelques jours, un pardessus râpé, des jeans crasseux tirebouchonnant sur des bottes éculées, le cheveu hirsute, il me contemplait en souriant.
Son accent traînant aux inflexions caressantes et chantantes et cet air mi-sérieux, mi-railleur n’appartenant qu’à lui, ce ne pouvait être que Gianfranco, perdu de vue depuis une décennie. Il ouvrit les bras et je m’y blottis en murmurant les mots tendres que nous avions l’habitude d’échanger. Nous nous embrassâmes comme avant, du temps où nous nous aimions. Puis il entra en tirant derrière lui une valise cabossée et un sac fourre-tout.
Il commença par se laver abondamment en chantant à pleine voix les sérénades napolitaines dont il avait le secret. Pendant ce temps, je jetai un coup d’œil à ses affaires. Plus rien ne tenait debout ou plutôt si, la crasse avait raidi les fibres usées du tissu. Cela sentait la rue, le désespoir et la misère. Le cœur serré, je flanqua…