Accéder au contenu principal

ET SI LA TERRE N'ETAIT PAS RONDE...

Après tout, les anciens avaient peut-être raison !
Si la planète bleue était plate, on pourrait traiter son encéphalogramme et le faire repartir d'un bon pied !
Si elle n'était pas ronde, on enverrait les malfrats, les terroristes et les criminels dans le vide sidéral en profitant d'un cyclone baptisé de frais sur réservation payante ! 
Le comble du comble serait de défier un jardinier prétentieux d'aller faire rougir les tomates dans le jardin du bout de la terre.
Mais voilà, elle est ronde, elle est même gironde, la terre, sphérique, avec un périmètre inchangé. Mais ... Supposons qu'une chauve-souris joue avec votre digicode  et entre en battant  de l'aile ! Elle n'irait pas bien loin, la terre s'arrête dans un cul de sac, et hop, la chauve-souris plongerait dans le néant ! Ce serait pratique mais aussi très dangereux, ce sombre fossé, ce gouffre insondable, ce Charybde sans Scylla,
l'enfer tout simplement...
Mais l'enfer, on lui met tout sur le dos... Ca doit chauffer dans les entrailles de la terre qui n'a pas enfanté de fruit un tant soit peu béni...
Je ne tourne pas rond, ni dans le sens des aiguilles d'une montre, ni dans l'autre sens.
Je ne suis qu'une éolienne de la première heure et tant pis si à l'ouest, il n'y a rien de nouveau, sauf  le gâchis et la consommation irréfléchies des énergies premières. Alors, je tourne en émettant ma plainte monocorde...
Accrochez-vous aux cordages des grands voiliers avant qu'ils ne se rompent, érodés, distendus, mouillés par les vagues déferlantes, hérissés de noeuds marins, ensanglantés par les pendaisons assassines des dictatures, usés par les trahisons et les secrètes tractations, tranchés par les rançons aux mains liées...
Voguent les galères des forçats de la terre ...
dans ce "MONDE BARBARE".



Ils bâtissent d’immenses tours
Hommes vaniteux et immondes
Décimant l’être alentour
Forçat des terres moribondes

Ils hérissent de barbelés
Les rues sanglantes de honte
Occupant terres violées
Avec d’ignobles mastodontes

Ils déchaînent maintes tempêtes
Révolutions et massacres
Charniers des tortures secrètes
Fards des complots et simulacres

Ils sèment partout la terreur
Le génocide d’une ethnie
Le sort barbare de l’horreur
La dictature tant honnie

Ils masquent l’objectivité
Règnent sur l’info en credo
Endorment la sagacité
Ourdissent turpides complots

Leurs certitudes sont indues
Ancrages aux leurres du monde
Désespérances étendues
Triste planète vagabonde

Anne



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

COUPABLE

Je m'appelle Louise. Lui, c'est Antony... 

Quand mes yeux se perdent dans les siens, je retrouve le lien indestructible qui nous unit. Son regard est profond, insondable. Je perçois une lueur d'inquiétude tandis que sa main se pose sur la vitre qui nous sépare. Je place mes doigts sur le verre embué. Bien que je sois du bon côté, je ressens sa culpabilité. Je suppose que ce sentiment l'obsède. A voir sa mine de papier mâché, il ne doit pas dormir souvent et ses rêves ont tout l'air d'être des cauchemars. Je suis là, tout près de lui, mais je ne sens pas son odeur ni son parfum. J'ai oublié. Le silence entre nous se prolonge, riche de nos émotions. 

Flash back sur le 13 Juillet dernier. A minuit, le feu d'artifice s'était emparé du ciel pour éclater en grappes de lumière. La foule s'était massée sur la place. C'est alors que mon regard s'était posé pour la première fois sur Antony. J'avais longuement observé son manège, intriguée par sa…
J’AIME CEUX QUI S’AIMENT
J’aime Lire un poème
Tout au long
Des chemins blonds
Dans les villages
Sous les ombrages
D'une verte tonnelle
Où chante l'hirondelle. J'aime
Sur d'autres thèmes
Mon vieux vélo
Très rigolo
Avec une cloche
Dans ma sacoche
Pour faire danser
Mon scarabée. J'aime
Les problèmes
Arithmétiques
Pas trop sadiques
Et aussi les textes
Sans aucun prétexte
Mais je m'égare
A tous égards

J'aime
Ceux qui s'aiment.

LA PREUVE DU CONTRAIRE

Il fit asseoir sa cliente. Le pire était devant lui. Douillette, bavarde, insupportable, elle le saoulait de propos ordinaires. La pluie et le beau temps venaient en premier. D’habitude, il s’arrangeait pour écourter au maximum ce flot d’insanités, mais aujourd’hui, il avait été imprévoyant et son assistante était en congé. Les fameux RTT dont on ne savait jamais quand ils allaient vous tomber dessus et combien il en restait. Il lui cloua le bec en introduisant l’aspirateur dans la bouche édentée à l’haleine pestilentielle. Il portait deux masques superposés parfumés à la citronnelle. Cela lui chatouillait le nez. Il avait parfois des envies de meurtre… Quelle raseuse ! A chaque séance avec elle, il se demandait comment il allait tenir le coup. C’était un challenge. Il avait tenté de la refiler à son associée. Mais cette dernière, fine mouche, avait éventé le piège. Il s’était donc vu dans  l’impossibilité de se débarrasser d’elle, à moins que … L’image de la seringue qu’il plantait d…