Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du septembre 15, 2013

LES MENSONGES

LA NUIT JE MENS Texte inspiré de la chanson de Bashung

Mes rêves me rêvent
Mon ombre sur le ciment
S’embrase dans une rave
J’ai perdu le contrôle
La fumée est un voile
Suis-je drôle
Je me mets à poil
Les keufs sont bourrés
Je cours jusqu’aux fourrés
Avec quelques voleurs
Et un porte-bonheur
Malgré certaines ardeurs
Mais ce n’était qu’un leurre
Au voleur, au voleur
Poudre d’escampette
Un solo de trompette
Me voilà au violon
Pour un temps assez long !






























D'ORES ET DEJA

D'ores et déjà, je subis l'outrage,
L'angoisse en tenaille, le mot vain,
Le regard baissé, je redoute l'orage,
Mais tu n'es plus là, depuis ce matin.

D’ores et déjà, ton départ je pleure,
En sanglots longs, mes jours empoisonnés,
Le chagrin vif,la notion de l’heure,
La nuit sans sommeil, rêves surannés.

D'ores et déjà, je prévois l'absence,
La solitude, le silence du cœur,
L'amertume, ta belle indifférence,
Le déclin de l'amour, deuil sans lueur.

19092013

PREMICES DE L'AUTOMNE

Je cherche l'inspiration en mon jardin fleuri et parfumé. De grosses gouttes de pluie s'écrasent sur les feuilles et les pétales. Ces derniers ainsi visités ploient sous la charge. Le ciel est bas, pas même l'amorce d'un petit coin azur. Les nuages font une course perdue d'avance. Leurs larmes célèbrent la fin de l'été indien. Autour de moi, le silence n'est troublé que par l'imperceptible tambour musical de l'ondée. Quelques feuilles mortes jonchent l'herbe qui reverdit peu à peu. Voici que s'annonce l'automne...