Accéder au contenu principal

LES MECS







Oui, j'ai bien dit les "Mecs", (je me fends d’une majuscule !),expression argotique qui désigne les hommes dans leur banale complexité. 



Ils sont encore sous l'influence de la tribu quoi qu'ils s'en défendent. Pour cela, ils adhèrent à différents clubs, sportifs, associations, etc ... Ce qui fait que leur emploi du temps paraît chargé. Il faut les consulter pour fixer le moindre rendez-vous. Devant leur air ennuyé et peu enthousiaste, le recul est nécessaire. Pratiquer l'indifférence. Le mec revient à la charge et sur un ton détaché vous lâche que "oui, après tout, pourquoi pas, il viendra à votre crémaillère"! En pique-assiette bien sûr ! Car il oublie de demander si vous avez besoin de quelque chose ou d'un coup de main. Il raconte en détail son dernier exploit dont le genre varie selon le moment ou la saison. Celle des amours est récurrente avec un taux d'échec époustouflant. Les femmes sont ceci, cela, insupportables en quelque sorte ! Mais se rendent-ils compte que nous ne sommes pas faits pour nous entendre ? Trop de différences, trop de constats, trop d'impuissance devant la mauvaise foi masculine, trop de temps passé à écouter leurs états d'âme alors qu'ils négligent de vous poser la moindre question sur votre santé après une ablation d'organe ou une fracture ouverte! ! Bref, le dialogue de sourd ! La balle rebondit contre un mur d'incompréhension réciproque.



Mars ou Vénus, les deux planètes opposées, tel est le gouffre qui nous sépare. Hormis l'amour physique qui parfois peut se qualifier de satisfaisant, que dire de nos compagnons sinon qu'ils n'ont pas le goût de l'effort, qu'ils négligent leur couple au détriment de leurs potes, de leurs occupations professionnelles et autres, qu'ils sont égoïstes et durs et qu'enfin souvent, nous les nanas, nous nous demandons ce que nous fichons avec eux. Car le problème est là : ils nous manquent ! Ils ont à peine le dos tourné que nos yeux se portent vers un nouveau mec ! On n'a pas assez dégusté leurs délicieux défauts, on remet ça ! Avec les illusions en plus ! La déception ne manque pas d'arriver très vite et on se dit à chaque fois :


Mais où sont les hommes, les vrais, les tendres, les affectueux, les sincères, les altruistes, les courageux, les bosseurs, les nouveaux pères, les francs, les honnêtes, les aimants, les caressants, les doux, les grands, les forts, les protecteurs, les gentils, les émouvants descendants de l'homme de Néandertal !



Je retourne sur Vénus, moi, la femme, la mère et belle-mère de familles décomposées au sein desquelles gît pour de longs siècles la compréhension mutuelle entre l'homme et la femme avec, dans nos rêves, l'immuable image d'Adam et Eve au jardin d'Eden avant de goûter à la saveur du fruit défendu !



In fine, mater dolorosa, nous sommes et nous le restons ! Pour combien de temps ? A  revoir au siècle prochain !










Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

COUPABLE

Je m'appelle Louise. Lui, c'est Antony... 

Quand mes yeux se perdent dans les siens, je retrouve le lien indestructible qui nous unit. Son regard est profond, insondable. Je perçois une lueur d'inquiétude tandis que sa main se pose sur la vitre qui nous sépare. Je place mes doigts sur le verre embué. Bien que je sois du bon côté, je ressens sa culpabilité. Je suppose que ce sentiment l'obsède. A voir sa mine de papier mâché, il ne doit pas dormir souvent et ses rêves ont tout l'air d'être des cauchemars. Je suis là, tout près de lui, mais je ne sens pas son odeur ni son parfum. J'ai oublié. Le silence entre nous se prolonge, riche de nos émotions. 

Flash back sur le 13 Juillet dernier. A minuit, le feu d'artifice s'était emparé du ciel pour éclater en grappes de lumière. La foule s'était massée sur la place. C'est alors que mon regard s'était posé pour la première fois sur Antony. J'avais longuement observé son manège, intriguée par sa…

AREA 51

AREA 51

Lorsque j’embarque sur un vol à destination de Salt Lake City, je suis un homme comblé. Mon rêve est devenu réalité. Enfin, je vais pouvoir m’approcher de la zone 51, objet de mes fantasmes les plus secrets. Pendant le vol, J’envisage toutes sortes de mésaventures et aussi des moments palpitants. Ma passion est à son paroxysme. Elle est devenue une réalité tangible. De longues heures de vol me séparent du but de ma mission. Mon plan est simple et imparable. J’ai pris tout le temps qu’il faut pour me mettre en situation et éloigner de moi les craintes et les présages funestes. Je me revois, jeune globe-trotter, arpentant des terres lointaines et inexplorées. A l’époque, j’étudiais avec passion les civilisations anciennes. Je photographiais aussi toutes espèces de végétaux. Puis, vers la quarantaine, je fus pris d’une passion dévorante pour les secrets d’état. Je me mis à préparer une enquête de grande envergure sur l’inquiétante « Area 51 » située près de Salt Lake City. Il s’agit…

VARIATION EN LA MINEUR

Ce jour-là, je broyais du noir. Il se trouvait que j’étais une fois de plus au chômage et que mon mec m’avait laissé choir. Je n’en fus pas surprise, car je le savais égoïste et peu scrupuleux.  Ainsi, dès  la mauvaise nouvelle annoncée, il déguerpit sans demander son reste.
Assise à la table de cuisine, je maudissais le mauvais sort qui s’acharnait contre moi. L’avenir m’apparaissait cousu de fil blanc, mes projets s’effilochaient avec le temps. Sans famille, seulement ma tante Bella qui vivait dans un hameau en Aveyron, je décidai de quitter mon logement, avant de m’enliser dans les sables mouvants du surendettement. Je liquidai les quelques meubles que j’avais réussi à accumuler. Je me séparai de mon cher piano. Par réflexe, je gardai les partitions. Il ne me restait plus que la possibilité de chanter en plaçant bien ma voix. J’étudiai en particulier une variation en la mineur de Brahms. Mes doigts dansaient en l’air, faute d’effleurer les touches ivoire, voletant ici et là, allegro…