Accéder au contenu principal

KIDIMIEUX FAIT SA RENTREE



Kidimieux fait sa rentrée...



Il s'est habillé de neuf : Jean, chemisette à la mode, avec des carreaux aussi larges que ses lunettes, des mocassins cirés à l'aide de la brosse à reluire.
Nouvelle affectation, nouveaux rythmes, il va surveiller les classes, les élèves, les profs qui fument n'importe où, les tableaux tagués, les murs tapissés de crottes de nez...




Kidimieux est pion, un pion redoutable sur l'échiquier des valeurs oubliées. Se mettre en rang (d'oignon), se taire, écouter le prof, être civilisé dans une cour de lycée qui ressemble plus à la cour des miracles plutôt qu'à une récréation de jeunes prodiges. A toute vitesse ils écrivent n'importe comment sur leurs mini écrans, se donnent des airs avec le dernier smartphone en vogue, font semblant d'être absorbé par ce qu'ils déchiffrent, émettent quelques onomatopées disgracieuses. Kidimieux porte des verres solaires correctifs. Cela lui permet de pister discrètement les comportements inhabituels et d'augmenter sa vigilance.





Ainsi il a déjà noté que les profs de Maths et de sciences sont amoureux et se bécotent tout le temps.
Quant à lui, amoureux ou non, il observe la plus grande discrétion à titre personnel.
Personne ne soupçonnerait son amitié amoureuse pour un garçon qu'il connaît depuis longtemps. ils envisagent le mariage mais il faut faire une demande ailleurs car le maire est opposé à l'union homosexuelle. Le dossier est en cours. Mais faut-il vraiment se marier ?

Demain sera un autre jour ...


Pour autant, Kidimieux reste imperturbable avec ses doutes, ses certitudes et ses craintes. Ainsi que chacun de nous, pauvres humains impuissants devant la bêtise, la violence, le racisme et l'obscurantisme. A un de ces quatre, fidèle lecteur !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

COUPABLE

Je m'appelle Louise. Lui, c'est Antony... 

Quand mes yeux se perdent dans les siens, je retrouve le lien indestructible qui nous unit. Son regard est profond, insondable. Je perçois une lueur d'inquiétude tandis que sa main se pose sur la vitre qui nous sépare. Je place mes doigts sur le verre embué. Bien que je sois du bon côté, je ressens sa culpabilité. Je suppose que ce sentiment l'obsède. A voir sa mine de papier mâché, il ne doit pas dormir souvent et ses rêves ont tout l'air d'être des cauchemars. Je suis là, tout près de lui, mais je ne sens pas son odeur ni son parfum. J'ai oublié. Le silence entre nous se prolonge, riche de nos émotions. 

Flash back sur le 13 Juillet dernier. A minuit, le feu d'artifice s'était emparé du ciel pour éclater en grappes de lumière. La foule s'était massée sur la place. C'est alors que mon regard s'était posé pour la première fois sur Antony. J'avais longuement observé son manège, intriguée par sa…

AREA 51

AREA 51

Lorsque j’embarque sur un vol à destination de Salt Lake City, je suis un homme comblé. Mon rêve est devenu réalité. Enfin, je vais pouvoir m’approcher de la zone 51, objet de mes fantasmes les plus secrets. Pendant le vol, J’envisage toutes sortes de mésaventures et aussi des moments palpitants. Ma passion est à son paroxysme. Elle est devenue une réalité tangible. De longues heures de vol me séparent du but de ma mission. Mon plan est simple et imparable. J’ai pris tout le temps qu’il faut pour me mettre en situation et éloigner de moi les craintes et les présages funestes. Je me revois, jeune globe-trotter, arpentant des terres lointaines et inexplorées. A l’époque, j’étudiais avec passion les civilisations anciennes. Je photographiais aussi toutes espèces de végétaux. Puis, vers la quarantaine, je fus pris d’une passion dévorante pour les secrets d’état. Je me mis à préparer une enquête de grande envergure sur l’inquiétante « Area 51 » située près de Salt Lake City. Il s’agit…

VARIATION EN LA MINEUR

Ce jour-là, je broyais du noir. Il se trouvait que j’étais une fois de plus au chômage et que mon mec m’avait laissé choir. Je n’en fus pas surprise, car je le savais égoïste et peu scrupuleux.  Ainsi, dès  la mauvaise nouvelle annoncée, il déguerpit sans demander son reste.
Assise à la table de cuisine, je maudissais le mauvais sort qui s’acharnait contre moi. L’avenir m’apparaissait cousu de fil blanc, mes projets s’effilochaient avec le temps. Sans famille, seulement ma tante Bella qui vivait dans un hameau en Aveyron, je décidai de quitter mon logement, avant de m’enliser dans les sables mouvants du surendettement. Je liquidai les quelques meubles que j’avais réussi à accumuler. Je me séparai de mon cher piano. Par réflexe, je gardai les partitions. Il ne me restait plus que la possibilité de chanter en plaçant bien ma voix. J’étudiai en particulier une variation en la mineur de Brahms. Mes doigts dansaient en l’air, faute d’effleurer les touches ivoire, voletant ici et là, allegro…