Accéder au contenu principal

LES NOTES D'UNE SONATE par Bernard Gallois

Seul un vieil homme assis sur un chaise branlante regardait la montagne en fumant sa pipe. Tous les autres participaient en bandes fourmilières aux festivités d’altitude en ce début de soirée d’hiver.
Des skieurs attardés encore emmitouflés s’attablaient devant leur premier vin chaud tandis que d’autres déjà débraillés en étaient à leur énième bolée, d’un nombre imprécis que seule la rougeur des joues et des nez pouvait dénoncer. Ça sentait bon le rhum, la cannelle et les épices. Par des va-et-vient réguliers, des traineaux à calèches lumineuses et carillonnantes amenaient des hivernants guillerets.
Les plus jeunes des enfants se précipitaient aussitôt vers le manège à l’ancienne où des chevaux de bois frôlaient les bois des rennes et bizarrement côtoyaient des girafes égarées. À la fin de chaque tour, tous les bras se tendaient vers la marionnette à saisir pour gagner une entrée gratuite.
Indifférent à ce remue-manège, le vieil homme assis regardait la montagne en fumant sa pipe.
Je lui ai souhaité le bonsoir. Il ne m’a pas répondu, un peu sourd peut-être.
— C’est une belle soirée, lui dis-je en forçant ma voix.
— Oui, dit-il les yeux au ciel, ce soir-là aussi était une très belle soirée, un peu comme celle-ci.
— Ce soir-là ?
— Oui, ce soir-là et cette montagne-là.
Il me montra du bout de sa canne le plus haut des sommets fermant le cirque.
— Le pic de l’Aigle. Le destin, ce jour-là, s’était joué de moi.
J’ai compris qu’il voulait raconter. J’ai pris une chaise.
— Ce fut ma dernière course. Nous étions très amoureux et elle a insisté pour m’accompagner. Je la savais trop peu expérimentée, mais je me suis cru assez fort pour la protéger sur ces passages que je connaissais si bien. Mais la montagne en avait décidé autrement. La montagne et une foutue plaque avant qui l’a emportée avec l’avalanche.
Assis sur nos chaises branlantes, nous étions maintenant deux à regarder longtemps la montagne maudite que la lune claire détachait nettement d’un ciel noir impitoyable.
Puis d’une main tremblante et gourde, il sortit son tabac d’une poche de son blouson.
— Je ne suis jamais remonté. Je suis vivant, mais pour quoi ? Pour qui ?
Je l’ai senti accablé mais en même temps heureux de pouvoir se confier à un inconnu sans mettre à mal sa fierté de montagnard.
Il fourragea sa pipe. Derrière ses gestes rituels et maladroits, il cachait son émotion. J’en oubliai la mienne et lui offris un verre du vin de paille que nous venions d’ouvrir avec toute la liturgie requise par ce breuvage quasi divin. Il le sirota lentement en fin connaisseur et j’ai bien remarqué de nouvelles poussières d’étoiles posées sur ses yeux brillants.
C’est alors que je me suis souvenu de ce qu’il m’arrive de percevoir près de la petite chapelle blanche, bien loin de la cacophonie de la station : une petite musique légère et triste à la fois. Je monte là pour me ressourcer au spectacle de la Voie lactée, sous le fouet du grand vent froid du soir, à l’écart des pollutions lumineuses du village. Parfois je crois entendre les notes oubliées d’une sonate mais ce n’est que l’écho ténu d’un amour moribond.
Bernard Gallois

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

COUPABLE

Je m'appelle Louise. Lui, c'est Antony... 

Quand mes yeux se perdent dans les siens, je retrouve le lien indestructible qui nous unit. Son regard est profond, insondable. Je perçois une lueur d'inquiétude tandis que sa main se pose sur la vitre qui nous sépare. Je place mes doigts sur le verre embué. Bien que je sois du bon côté, je ressens sa culpabilité. Je suppose que ce sentiment l'obsède. A voir sa mine de papier mâché, il ne doit pas dormir souvent et ses rêves ont tout l'air d'être des cauchemars. Je suis là, tout près de lui, mais je ne sens pas son odeur ni son parfum. J'ai oublié. Le silence entre nous se prolonge, riche de nos émotions. 

Flash back sur le 13 Juillet dernier. A minuit, le feu d'artifice s'était emparé du ciel pour éclater en grappes de lumière. La foule s'était massée sur la place. C'est alors que mon regard s'était posé pour la première fois sur Antony. J'avais longuement observé son manège, intriguée par sa…
J’AIME CEUX QUI S’AIMENT
J’aime Lire un poème
Tout au long
Des chemins blonds
Dans les villages
Sous les ombrages
D'une verte tonnelle
Où chante l'hirondelle. J'aime
Sur d'autres thèmes
Mon vieux vélo
Très rigolo
Avec une cloche
Dans ma sacoche
Pour faire danser
Mon scarabée. J'aime
Les problèmes
Arithmétiques
Pas trop sadiques
Et aussi les textes
Sans aucun prétexte
Mais je m'égare
A tous égards

J'aime
Ceux qui s'aiment.

LA PREUVE DU CONTRAIRE

Il fit asseoir sa cliente. Le pire était devant lui. Douillette, bavarde, insupportable, elle le saoulait de propos ordinaires. La pluie et le beau temps venaient en premier. D’habitude, il s’arrangeait pour écourter au maximum ce flot d’insanités, mais aujourd’hui, il avait été imprévoyant et son assistante était en congé. Les fameux RTT dont on ne savait jamais quand ils allaient vous tomber dessus et combien il en restait. Il lui cloua le bec en introduisant l’aspirateur dans la bouche édentée à l’haleine pestilentielle. Il portait deux masques superposés parfumés à la citronnelle. Cela lui chatouillait le nez. Il avait parfois des envies de meurtre… Quelle raseuse ! A chaque séance avec elle, il se demandait comment il allait tenir le coup. C’était un challenge. Il avait tenté de la refiler à son associée. Mais cette dernière, fine mouche, avait éventé le piège. Il s’était donc vu dans  l’impossibilité de se débarrasser d’elle, à moins que … L’image de la seringue qu’il plantait d…