Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février 9, 2014

LES FAUX SEMBLANTS

La nouvelle, un art mineur ? La littérature n’est pas affaire de cuisine. Et pourtant… La comparaison pourrait affleurer à chaque tour de cuiller, dans la marmite des idées préconçues. Parmi ces clichés qui collent au cul des casseroles, on retrouve l’idée que la nouvelle est un standard de fainéants. L’économie de mots implique-t-elle nécessairement l’indigence du texte ? Comme le plat dont on mesure les calories, afin de respecter un régime alimentaire… Surtout, ne pas dépasser les 40 000 mots, au risque de se hasarder sur les terres de la Haute Gastronomie du Roman. Impossible de rivaliser avec ses vins de grands crus, ses viandes aux fumets subtils, ses entremets délicats et ses rince-doigts parfumés aux agrumes. Au mieux, face à ce déploiement de saveurs, le nouvelliste fait figure d’adepte de la macrobiotique. Quand ce n’est pas d’employé de fast food. Mais alors, qu’en est-il des aphorismes de Char ou de Michaux ? Des syllogismes de Cioran? Et des maximes de La Rochefoucauld ? De simpl…