Accéder au contenu principal

CRASH





.
Je dormais lorsque l’avion se mit à descendre sans raison. Les voyants  clignotèrent tous en même temps. Les hôtesses vérifiaient le bouclage des ceintures et rassuraient les passagers. Je pris les précautions élémentaires : mettre un oreiller devant moi et protéger ma tête par un vêtement épais. Je me servis de ma doudoune comme amortisseur. L’avion plongeait vers le solt à une vitesse vertigineuse. Le bruit était insupportable. Les gens criaient, appelaient leur mère, un groupe priait ensemble. Lors du choc, tout se disloqua dans un bruit d’enfer. La nuit était profonde. La neige recouvrait les flancs montagneux.
J’ai vu un ange, auréolé de lumière, pénétrer dans la cabine de l’avion.  Il prit dans ses bras les corps inanimés et les porta à l’extérieur. Une fumée épaisse empêchait de progresser vers la sortie. Les fauteuils brisés, les compartiments arrachés empêchaient de progresser vers la sortie de la carlingue. Je tentais de lutter mais c’était peine perdue.
Un univers blanc et flou m’entourait. Je ne pouvais pas bouger. .Etais-je vivante ou morte ? Quel était ce lieu ? Dans mon inconscient,  je revoyais toujours la même scène : l’’ange de lumière, les corps sans vie. J’entendais sa voix qui m’exhortait à sortir de la carlingue. J’ignorais tout de ce sauveur venu d’ailleurs.
Lorsque l’avion fut localisé, les secours se mirent en route. L’accès n’était possible qu’à pied. Au bout d’une journée, ils parvinrent sur les lieux de l’accident. Les cadavres étaient alignés sur la neige. J’étais un peu à l’écart. Je fus ranimée, frictionnée, changée. On me posa mille questions auxquelles je ne sus répondre. Je n’avais rien vu, ni entendu. Seule survivante, je dus raconter l’accident en long et en large. La pression me fit craquer. Je sanglotais et je riais en même temps.
Dans le cockpit, le tableau de bord semblait intact. Les écrans étaient encore allumés. Un sauveteur raconta ce phénomène irrationnel. Comment un avion percutant la montagne pouvait- il encore fonctionner ? Un message apparaissait alternativement. Cela disait : « Courez loin de l’avion. Je suis venu vous sauver ».

Je compris alors que mon rêve était réel. Je gardai en moi ce miraculeux secret. Mes traumatismes s’en allèrent rapidement. Mais le plus incroyable fut cette impression permanente que l’ange veillait désormais sur moi.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

COUPABLE

Je m'appelle Louise. Lui, c'est Antony... 

Quand mes yeux se perdent dans les siens, je retrouve le lien indestructible qui nous unit. Son regard est profond, insondable. Je perçois une lueur d'inquiétude tandis que sa main se pose sur la vitre qui nous sépare. Je place mes doigts sur le verre embué. Bien que je sois du bon côté, je ressens sa culpabilité. Je suppose que ce sentiment l'obsède. A voir sa mine de papier mâché, il ne doit pas dormir souvent et ses rêves ont tout l'air d'être des cauchemars. Je suis là, tout près de lui, mais je ne sens pas son odeur ni son parfum. J'ai oublié. Le silence entre nous se prolonge, riche de nos émotions. 

Flash back sur le 13 Juillet dernier. A minuit, le feu d'artifice s'était emparé du ciel pour éclater en grappes de lumière. La foule s'était massée sur la place. C'est alors que mon regard s'était posé pour la première fois sur Antony. J'avais longuement observé son manège, intriguée par sa…
J’AIME CEUX QUI S’AIMENT
J’aime Lire un poème
Tout au long
Des chemins blonds
Dans les villages
Sous les ombrages
D'une verte tonnelle
Où chante l'hirondelle. J'aime
Sur d'autres thèmes
Mon vieux vélo
Très rigolo
Avec une cloche
Dans ma sacoche
Pour faire danser
Mon scarabée. J'aime
Les problèmes
Arithmétiques
Pas trop sadiques
Et aussi les textes
Sans aucun prétexte
Mais je m'égare
A tous égards

J'aime
Ceux qui s'aiment.

LA PREUVE DU CONTRAIRE

Il fit asseoir sa cliente. Le pire était devant lui. Douillette, bavarde, insupportable, elle le saoulait de propos ordinaires. La pluie et le beau temps venaient en premier. D’habitude, il s’arrangeait pour écourter au maximum ce flot d’insanités, mais aujourd’hui, il avait été imprévoyant et son assistante était en congé. Les fameux RTT dont on ne savait jamais quand ils allaient vous tomber dessus et combien il en restait. Il lui cloua le bec en introduisant l’aspirateur dans la bouche édentée à l’haleine pestilentielle. Il portait deux masques superposés parfumés à la citronnelle. Cela lui chatouillait le nez. Il avait parfois des envies de meurtre… Quelle raseuse ! A chaque séance avec elle, il se demandait comment il allait tenir le coup. C’était un challenge. Il avait tenté de la refiler à son associée. Mais cette dernière, fine mouche, avait éventé le piège. Il s’était donc vu dans  l’impossibilité de se débarrasser d’elle, à moins que … L’image de la seringue qu’il plantait d…