Accéder au contenu principal

Articles

REMINISCENCE

C'est la fête au village. J'ouvre ma fenêtre. Le son arrive jusqu'à moi. Dans la cour de l'ancienne école, tandis que je ramasse le linge gorgé de soleil, un écho indistinct me parvient..Je m'immobilise pour mieux entendre. Les fenêtres murées s'éclairent laissant entrevoir des ombres qui vont et viennent. Les cordes à linge d'aujourd'hui se détachent de leur ancrage  et font sauter les petites filles en tablier noir bordé de rouge; Elles chantent une comptine. Les tresses de leurs cheveux dansent dans leur dos. Les billes multiolores roulent aux pieds des garçons. Quand la cloche sonne, les enfants se mettent en rang en silence. Il y a des classes communes. Certaines matières sont enseignées pour tous. D'autres font l'objet d'un cours à part. Je me souviens des récitations dites ensemble avec toujours la même intonation. du cours de solfège et de l'énoncé des problèmes de baignoires et de trains. J'oublie le redoutable système métr…
Extrait du "Moineau", recueil de nouvelles aux Editions Langlois Cécile et sur AMAZON




"Eux, les adultes, les gens raisonnables, enfin les autres, ceux qui font semblant de ne pas remarquer mes contusions diverses, un œil maquillé en bleu, une lèvre boursouflée, ceux-là, les vernis, les prétentieux et les parvenus, je les méprise totalement. Leur façon de m’ignorer me prouve que je sors du lot, je suis à part, comme une plante qui a germé sans eau, sans soin particulier et qui s’octroie la première place dans le bosquet fleuri. Je dis cela mais je sais qu’on ne peut pas se comprendre. Faut pas m’en vouloir, je suis comme ça. Sombre et lumineuse, gaie et triste, silencieuse et bavarde. Lorsque je passe d’un état à l’autre, je branche ma musique et je danse. L’autre jour, je suis tombée sur un poème de Lamartine. Le lac… J’ai eu envie de plonger dans cette eau tentatrice. J’ai lu à voix haute les vers sublimes. Ça faisait une mélodie d’enfer ! La beauté de l’écriture m’élève…

UN SAC de Solène Bakowski

D'abord il y a le style, percutant, imagé, sans complaisance. Les personnages vivent leur errance dans un univers clos. Il faut toucher du doigt l'horreur pour que la porte s'ouvre sur la rue, ses pavés, ses abris, ses rencontres.
Les pages se tournent avec impatience tant l'auteur réussit l'exploit de nous tenir en haleine jusqu'à la fin.
Ames sentibles s'abstenir. Il y a quelques scènes surréalistes.
Des sentiments mêlés de stupeur et de compassion nous envahissent. Le temps n'existe plus. Encore un chapitre, puis un autre, il est tard mais pas question de s'endormir.
Solène Bakowski signe un petit chef-d'oeuvre.

LE BOIS FLOTTE

Bonjour, buongiorno, bonklinjourgon (le klingon) Tandis que Vals danse sur les accords de la valse à mille temps, en devenant rouge de colère, rendez-vous compte, les éleveurs élèvent la voix, les agriculteurs crient au secours, la sécheresse climatique avance, Pôle Emploi embauche, les usines débauchent, sur les plages non abandonnées, coquillages et crustacés font grise mine, sous le soleil exactement, pas n'importe où, tandis que la moutarde de Dijon monte au nez de Hollande dont le pantalon trop court remonte quand il éternue. Eh oui il ne savait pas que la moutarde pique au nez ! Alors que dire des picaillons qu'on distribue en urgence sans approfondir la situation, que dire des people qui ancrent leur yatch en baie de Cannes en rejetant leurs déchets, que dire de tout cela, je vous le demande ? Plus sérieusement, où va-t-on, car on y va, mais il manque la direction à prendre et un plan détaillé. On flotte dans une ambiance houleuse, ça tangue, le décor e…

MONDE PARFAIT

D’un pays sans douleur Je voudrais être reine D’une grande douceur Sans faire aucune peine.
De ce monde en fureur Je chasserais la haine Poursuivant les meneurs Par dizaine ou centaine.
D’un combat sans erreur Ici je me démène Je mettrais le bonheur Dans vos âmes incertaines.
De mon pouvoir sur l’heure Je changerais la scène Je bénirais l’ardeur
D'un peuple pour sa reine.