Accéder au contenu principal

COUPABLE







Je m'appelle Louise. Lui, c'est Antony... 

Quand mes yeux se perdent dans les siens, je retrouve le lien indestructible qui nous unit. Son regard est profond, insondable. Je perçois une lueur d'inquiétude tandis que sa main se pose sur la vitre qui nous sépare. Je place mes doigts sur le verre embué. Bien que je sois du bon côté, je ressens sa culpabilité. Je suppose que ce sentiment l'obsède. A voir sa mine de papier mâché, il ne doit pas dormir souvent et ses rêves ont tout l'air d'être des cauchemars. Je suis là, tout près de lui, mais je ne sens pas son odeur ni son parfum. J'ai oublié. Le silence entre nous se prolonge, riche de nos émotions.  

Flash back sur le 13 Juillet dernier. A minuit, le feu d'artifice s'était emparé du ciel pour éclater en grappes de lumière. La foule s'était massée sur la place. C'est alors que mon regard s'était posé pour la première fois sur Antony. J'avais longuement observé son manège, intriguée par sa démarche louvoyante. Aucun doute, il était en train de faire les poches des badauds. Fascinée par sa dextérité, je m'étais rapprochée de lui, offrant une cible parfaite avec mon sac en bandoulière entrouvert où gisaient, dans un désordre ahurissant, les quelques babioles dont je ne me séparais jamais.

_ Au nom de la loi, je vous arrête ! lui avais-je clamé à l'oreille. 

Il s'était pétrifié un quart de seconde avant d'éclater de rire. Légèrement dépitée, j'avais consenti à passer la soirée en sa compagnie, histoire de faire plus ample connaissance. Tel qu'il était, il me plaisait. J'avais tout de suite eu envie de l'avoir dans mon lit, ni plus ni moins.

Retour à la réalité, plongeon en eaux profondes, je remonte à la surface. Nous sommes face à face. Juste le temps de se dévisager, d'échanger quelques mots, de s'assurer que l'autre va bien. Il faut alors s'en aller, sans se retourner, dos à dos, chacun avec ses pensées. Déjà loin, je précipite le mouvement. Au volant de ma voiture dernier cri, je rejoins la capitale où m'attendent mes collaborateurs. L'agence spécialisée en organisation d'événements que je dirige ne cesse de se développer. Je ne m'en plains pas. De ce fait, rares sont les bons moments que je peux m'accorder. 

Pour autant, rien ne me fera changer mon fusil d'épaule. Là, je fais allusion à mon attachement envers Antony. C'est ma façon à moi de me racheter. Car la coupable, c'est moi. L'accusatrice, c'est encore moi. Et lui, l'angélique Antony, s'est fait coffrer à ma place. Que de sornettes j'ai pu lui balancer ! Il y a cru, revenant sans cesse sur les avantages en cash qu'il percevrait après quelques mois d'incarcération. Pauvre de lui, peuchère ! Mais voici que mes racines marseillaises refont surface. Ce n'est pas le moment de se laisser aller. La pègre de ce midi tant vanté, tant récrié, tant renié, a fini par ressembler aux politiciens véreux à tel point que les réseaux sont devenus un incroyable méli-mélo de gangsters aux apparences respectables.

Cela étant, la vie m'a donné de sacrées leçons. En tout point, tout honneur.

Anne Stien
20/04/2018










Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

J’AIME CEUX QUI S’AIMENT
J’aime Lire un poème
Tout au long
Des chemins blonds
Dans les villages
Sous les ombrages
D'une verte tonnelle
Où chante l'hirondelle. J'aime
Sur d'autres thèmes
Mon vieux vélo
Très rigolo
Avec une cloche
Dans ma sacoche
Pour faire danser
Mon scarabée. J'aime
Les problèmes
Arithmétiques
Pas trop sadiques
Et aussi les textes
Sans aucun prétexte
Mais je m'égare
A tous égards

J'aime
Ceux qui s'aiment.

LA PREUVE DU CONTRAIRE

Il fit asseoir sa cliente. Le pire était devant lui. Douillette, bavarde, insupportable, elle le saoulait de propos ordinaires. La pluie et le beau temps venaient en premier. D’habitude, il s’arrangeait pour écourter au maximum ce flot d’insanités, mais aujourd’hui, il avait été imprévoyant et son assistante était en congé. Les fameux RTT dont on ne savait jamais quand ils allaient vous tomber dessus et combien il en restait. Il lui cloua le bec en introduisant l’aspirateur dans la bouche édentée à l’haleine pestilentielle. Il portait deux masques superposés parfumés à la citronnelle. Cela lui chatouillait le nez. Il avait parfois des envies de meurtre… Quelle raseuse ! A chaque séance avec elle, il se demandait comment il allait tenir le coup. C’était un challenge. Il avait tenté de la refiler à son associée. Mais cette dernière, fine mouche, avait éventé le piège. Il s’était donc vu dans  l’impossibilité de se débarrasser d’elle, à moins que … L’image de la seringue qu’il plantait d…